Histoire :

  • Ier millénaire avant J.-C. peuplée par Africains et Indonésiens.
  • Moyen Age arrivée de commerçants musulmans.
  • XIIe-XVIIe siècle comptoirs créés sur la côte Ouest par des Ankalotes.
  • 1500-10-8 découverte par le Portugais Diego Diaz. 1527 des marins dieppois abordent.
  • 1610-30 roi Andrianjaka. 1643 le Français Jacques Pronis († 1655) fonde au Sud-Est Fort-Dauphin et l'île, baptisée île Dauphine, est théoriquement annexée (sous le nom de France orientale).
  • Vers 1660 royaume sakalava créé par Andriandahifotsy.
  • 1664 et 70 annexion par la France.
  • 1674 colons français massacrés ; abandon de Fort-Dauphin ; les survivants se réfugient à l'île Bourbon (Réunion). Ratsimilaho (1710-54) fonde Fédération betsimisaraka.
  • 1750-57 France occupe l'île Sainte-Marie. 1768-70 comte de Maudave puis 1774 comte Maurice-Auguste de Benyowski, mandaté par la France pour créer un établissement, se proclame indépendant.
  • 1786-27-5 tué par une expédition française 1787 roi Andrianampoinimerina réalise unité du royaume mérina (débordant Ankaratra, nord du Betsileo, pays sihanaka).
  • 1804 Sylvain Roux occupe Tamatave.
  • 1810 Radama Ier (1792-1828, fils d'Andrianampoinimerina vers 1745-1810) soumet Betsimisaraka, s'attaque aux Sakalava, conquiert, souvent de façon précaire, les 2/3 de Madagascar. S'appuyant sur l'alliance anglaise, il introduit christianisme, écriture, instruction. 1811 Anglais occupent Tamatave.
  • 1817 traité avec Anglais qui soutiennent Hovas ; la Grande-Bretagne confère à Radama Ier le titre de roi de Madagascar.
  • 1821 Français reprennent île Sainte-Marie,
  • 1825 chassés de Foulpointe et Fort-Dauphin.
  • 1828-juillet après la mort de Radama Ier, sa femme Ranavalona Ire (vers 1790-1861) devient reine.
  • 1832 Français réoccupent Sainte-Marie. 1838 Ranavalona chasse les missionnaires.
  • 1841 Français prennent Nossi-Bé, traité de protectorat avec souverains sakalava.
  • 1845 Ranavalona repousse expédition franco-anglaise à Tamatave.
  • 1845-53 fermeture des ports aux étrangers.
  • 1852 Rainivoninahitriniony (dit Raharo) Premier ministre.
  • 1857 les Français se retirent dans l'île de Sainte-Marie, puis les derniers Européens [dont le Français Jean Laborde (1806-78) venu à Madagascar à cause d'un naufrage, deviendra architecte de la reine (palais), industriel, puis consul de France (introduira coutumes françaises à la Cour). Il avait cru pouvoir aboutir à un protectorat malgré les efforts du missionnaire anglais Ellis]. Surnommée le " Néron femelle ", Ranavalona fait exécuter en moyenne 20 000 à 30 000 personnes par an (notamment en 1831, 25 000 Sakalava prisonniers de guerre, femmes et enfants étant vendus comme esclaves) ; elle rétablit le " jugement de Dieu ", obligeant les inculpés à traverser à la nage une rivière à caïmans, autant de fois qu'elle l'ordonne.
  • 1861-18-8 Radama II (1829/13-5-1863 étranglé sur ordre du parti vieux hova).
  • 1862-12-9 traité de commerce signé, Napoléon III reconnaît la souveraineté de Radama II sur toute l'île en échange d'avantages économiques.
  • 1863-Mai révolte contre le Premier ministre. -9/10-5 massacre des " Yeux rouges ". -Mai Rasoherina (1814-68) veuve et cousine de Radama II devient reine. Le Premier ministre Raharo a le pouvoir effectif.
  • 1864-juillet Rainilaiarivony, demi-frère de Raharo, Premier ministre jusqu'en 1895. Prince consort il épouse successivement les 3 reines.
  • 1865-27-6 accorde protection aux Anglais.
  • 1868-2-4 Ranavalona II (1829-83), cousine de Rasoherina. -8-8 accorde protection aux Français. La France, qui possède effectivement l'île Sainte-Marie, quelques îlots, la baie de Passandava, les Antankares du Nord, souhaite imposer son influence à la cour de Tananarive ; mais des missions protestantes (soutenues par Angleterre) la contrecarrent.
  • 1869 protestantisme religion d'État, renforce ses liens avec l'Angleterre. 1878 saisie des biens de Jean Laborde.
  • 1882 capitaine de vaisseau Le Timbre prend Ampassimiena.
  • 1883-8-2 François de Mahy, député de la Réunion et chef du lobby créole, ministre de la Marine dans le ministère Fallières (21-1/16-2), ordonne à l'amiral Pierre de détruire postes mérina sur côte nord-ouest, puis d'occuper Majunga (17-5) et Tamatave et d'adresser un ultimatum pour exiger cession des territoires au nord du 16e parallèle et reconnaissance du droit de propriété pour les Français.
  • 1883-13-7 Ranavalona III (1861-1917) reine d'Emyrne (plateau de l'Imérina). -Septembre Pierre meurt. -Novembre l'amiral Galiber, qui lui succède, négocie. A la Chambre, l'expédition est approuvée par une très large majorité.
  • 1884-juillet amiral Miot relève Galiber.
  • 1885-27-8 à Adampy, le commandant Pennequin, avec 50 Français et 70 Sakalaves, disperse plusieurs milliers de Hova. -10-9 offensive française repoussée à Farafate. -17-12 traité de " protectorat " signé sur la Naïade (en rade de Tamatave). Ranavalona III est de nouveau reconnue souveraine de l'île entière (acceptant le protectorat français) ; la France lui rend territoires et villes conquis [sauf baie de Diégo-Suarez (cédée en toute propriété), et Tamatave (gardé en gage jusqu'au versement d'une indemnité de guerre de 10 millions)]. Mais Le Myre de Vilers, 1er résident général, exige que la sécurité des ressortissants français soit partout garantie ; cela entraîne pour la reine de ruineuses expéditions de pacification. Des milliers de travailleurs et soldats désertent. L'armée merina s'épuise, l'insécurité gagne.
  • 1890-15-8 traité avec la Grande-Bretagne, qui reconnaît les droits de la France (la France abandonne toute prétention sur Zanzibar).
  • 1893-94 anarchie.
  • 1894-11-12 état de guerre notifié. -Décembre occupation de Tamatave.
  • 1895-14-1 Majunga. -Février débarquement à Nossi-Bé. -1-3 à Majunga (avant-garde), puis -mars-avril (gros des troupes). -25-3 début des hostilités. -2-5 prise de Marovoay. -9-6 de Mevatanana. Corps expéditionnaire français (658 officiers, 14 775 hommes, 56 canons, général Duchesne) ; morts : guerre 25, maladie (malaria) 4 613. -30-9 Français prennent Tananarive. -1-10 nouveau traité de protectorat. 1895 Rainilaiarivony est exilé à Alger.
  • 1896-16-1 Hippolyte Laroche résident général ; traité de protectorat non respecté par la reine ; insurrection d'Imerina. -20-6 annexion par la France (votée 6-8 par l'Assemblée par 329 voix contre 82). -30-9 Gallieni, gouverneur général (jusqu'en 1905), mate l'insurrection.
  • 1897-28-2 reine déposée (déportée à la Réunion puis à Alger ; visite Paris octobre 1905, meurt à Alger en 1917). Vente d'esclaves interdite (il y en avait 500 000). Création des Menalamba (Étoffes rouges ; 1er mouvement nationaliste).
  • 1905 fin de la pacification. 1905-10 Jean-Victor Augagneur (1853-1931) gouverneur.
  • 1913 société secrète VVS (Vy, Vato, Sakelika - fer, pierre, réseau) fondée par le pasteur Ravelojaona.
  • 1920-24 Hubert Garbit (1864-1934) gouverneur.
  • 1915-16 arrestation, procès et condamnations de 41 Malgaches, dont Ravoahangy, pour menées anti-françaises.
  • 1915-17 mouvement des Sadiavahe, insurrection des Antandroy, Mahafaly et Karimbola du sud de l'île.
  • 1924 condamnés de la VVS amnistiés.
  • 1929 Ralaimongo fait campagne pour l'obtention des droits de citoyen. -19-5 1re manifestation publique en faveur de l'indépendance.
  • 1930 action de Ralaimongo, Ravoahangy et Dussac.
  • 1937 droit syndical reconnu partiellement (totalement 1938). 1938 retour des restes de Ranavalona III à Tananarive.
  • 1940 Madagascar fidèle à Pétain. 1942 débarquement britannique. 1943 Madagascar rendue à la France libre.
  • 1945 territoire au sein de l'Union française. Joseph Ravoahangy (1893-1970) et Joseph Raseta (né 9-12-1886) (Restauration de l'indépendance malgache) élus députés contre Parti démocrate de Madagascar.
  • 1946-février MDRM (Mouvement démocratique de la rénovation malgache) créé. -Juillet PADESM (Parti des déshérités de Madagascar) créé.
  • 1947-29-3 insurrection des Menalambas. Une liste, dressée par districts en 1950, donne 140 Français et 1 646 Malgaches tués par rebelles, 4 126 tués en opérations, 5 390 disparus ou morts de misère physiologique [certains ont parlé de 89 000 † (dont 1 900 Malgaches tués par rebelles et 550 étrangers dont 350 militaires). 6 élus MDRM condamnés à mort (sentence non exécutée)].
  • 1957 autonomie interne.
  • 1958-14-10 république autonome.
  • 1960-26-6 indépendance, Philibert Tsiranana président depuis mai 59 (1912-78).
  • 1971-mars grève générale étudiants. -Avril troubles dans le Sud-Ouest soutenus par Parti gauchiste Monima (leader Monja Joana, arrêté). Plusieurs centaines de †. -Juillet Resampa, secrétaire général du PSD, 2e vice-président du gouvernement, arrêté pour complot avec USA.
  • 1972-30-1 Tsiranana réélu. -Mai émeutes. -13-5 armée tire sur la foule ; pleins pouvoirs au général Gabriel Ramanantsoa. -Juin amnistie pour révolte d'avril 71, Resampa libéré. -Août loi martiale. -19-9 KIM (mouvement contestataire de mai) demande annulation des accords de coopération avec France et instauration d'une 2e République -8-10 référendum sur maintien du gouvernement d'unité national depuis 5 ans par Ramanantsoa (condamné par Tsiranana) : oui 96 %. -Décembre émeutes.
  • 1973-février manifestation contre malgachisation. -Mars arrestation de personnes de l'ancien régime, restructuration rurale : Fokonolony (gouvernement par assemblée du village). -Juin quitte zone franc. Accord de défense avec France dénoncé.
  • 1974 tensions côtiers/Mérinas. -31-12 putsch colonel Rajaonarison échoue ; mutinerie GMP (groupe mobile de police).
  • 1975-25-1 Ramanantsoa dissout cabinet. -5-2 colonel Richard Ratsimandrava (21-3-31) pleins pouvoirs, -11-2 est assassiné. -12-2 Comité national de direction militaire, président général Gilles Andriamahazo. Loi martiale. -13-2 reddition des mutins. -21-3 297 inculpés dont Tsiranana, Resampa, Rajaonarison (acquittés 12-6). -17-5 260 amnistiés. -14-6 directoire militaire dissous. -15-6 Didier Ratsiraka chef de l'État (né 4-11-36) ; confirmé 4-1-76, réélu 7-11-82 avec 80,19 % des voix devant Monja Jaona (du Sud) et, 12-3-89 avec 62,6 % des voix devant Manandafy Rakotonirina (MFM) (19,8 % des votants). -16-6 banques et sociétés d'assurance nationalisées. -26-8 charte de la Révolution socialiste. -31-8 sous-sol nationalisé. -21-12 référendum : + de 94,7 % des voix pour président Ratsiraka et nouvelle Constitution -30-12 2e République malgache.
  • 1976-11-1 colonel Joël Rakotomalala Premier ministre. -19-3 création de l'Arema. -26-6 sociétés pétrolières nationalisées. -30-7 Premier ministre meurt (accident d'hélicoptère). -31-7 Justin Rakotoniaina Premier ministre.
  • 1977-20/22-12 affrontements Malgaches-Comoriens à Mahajanga (100 à 1 400 † ?). 15 000 Comoriens rapatriés aux Comores. 1977-31-7 colonel Désiré Rakotoarijaona (né 19-6-1934), Premier ministre.
  • 1978-29/30-5 manifestations de lycéens (projet de réforme de l'enseignement), 2 †.
  • 1979-9-5 Ramanantsoa meurt. 1981-3/4-2 manifestations de lycéens à Antananarivo, 15 †. -8/9-11 troubles à Antananarivo.
  • 1982 4 cyclones, île de Nossi-Bé détruite à 20 %. -16-1 complots déjoués. Émeutes dans le Nord, environ 20 †.
  • 1984-avril cyclone Kamisy détruit partiellement Antsiranana et côte Nord-Ouest -Août pratique du kung-fu interdite. -5-9 adeptes kung-fu incendient anciens locaux du ministère de la Jeunesse et des Sports et assaillent l'hôtel de police. -4-12 règlement de comptes contre " TTS " (Tanora Tonga Saina, " jeunes ayant pris conscience d'eux-mêmes ", hommes de main du pouvoir se livrant à des violences) retranchés au centre d'Antananarivo ; Kung-fu (mouvement fondé vers 1980) aidé par la population ; forces de l'ordre n'interviennent pas, 50 †.
  • 1984-85 influence soviétique et nord-coréenne. 1985-31-7/1-8 armée attaque quartier-général du Kung-fu, 20 † dont chef [Pierre Rakotoarijaona dit Pierre-Bé (le grand Pierre)] et 4 militaires.
  • 1986 FMI préconise mesures de redressement. -Mars cyclone Honorina (Taomasina sinistrée). -Mai amiral Guy Sibon, ministre de la Défense, † accident d'avion (attentat du KGB ?). -Novembre émeutes à Taomasina.
  • 1986-87 famine dans le Sud (40 000 † ?).
  • 1987-26-2 à Antsirabé. -6-3 à Toliary ; contre Indo-Pakistanais (Karanas) 14 † (dont 11 des forces de l'ordre). -22-6 général Lucien Rakotonirainy, chef d'état-major, assassiné à la tête du défilé de la fête nationale (on parle du KGB).
  • 1988-12-2 Rakotoarijaona Premier ministre démissionne. -7-3 procès du Kung-fu 245 inculpés, 18 condamnés à 2 ans de prison.
  • 1989-avril manifestations -28-5 législatives : 40 % d'abstentions, Arema vainqueur. -24-9 élections locales : 51 % d'abstentions
  • 1990-13-5 coup d'État manqué, 5 †. -Mai création de zones franches. -14-6 président Mitterrand à Madagascar, annule 4 milliards de francs de dette. -Juillet troubles.
  • 1991-22-3/19-4 forum national -11 et 12-6 manifestations à Antananarivo. -22-7 état d'urgence. -28-7 président Ramahatra démissionne. -10-8 " marche de la liberté " à Antananarivo, 400 000 personnes (30 à 140 †). -1-11 Haute Autorité de l'État mise en place pour 18 mois : Albert Zafy (né 1936) président.
  • 1992-20-3 forum national chargé d'élaborer la Constitution. -29-7 coup d'État militaire, échec. -18/23-8 fédéralistes et mutins prennent Antsiranana. -19-8 référendum sur Constitution (oui 75 %). 1993-10-2 Zafy élu président au 2e tour par 66,74 % devant Ratsiraka [1er tour : 25-11-92 (8 candidats, Zafy 45,16 %, Ratsiraka 29,22)]. -9-8 Francisque Ravony Premier ministre.
  • 1994-1/4-2 cyclone Geralda : 70 †, 500 000 sinistrés. -17-5 président Zafy à Paris.
  • 1995-17-9 référendum, le Parlement n'a plus le droit d'élire le Premier ministre, qui sera nommé et renvoyé par le président. -30-10 Emmanuel Rakotovahiny (né 1938) Premier ministre. -6-11 incendie sans doute criminel du Rova (enceinte royale située sur une colline au-dessus d'Antananarivo et comprenant 5 palais en bois dont celui de la reine, le temple royal et les tombes).

(c) Quid Multimédia

 


HOME