ven 29 juin 2007

Huahine

29 06 2007


Voyage dans les Iles de la Société.


Transfert avion sur Huahiné. Comme à l'accoutumé, attente et 20 minutes de retard pour un vol de 10 minutes. Le gérant du motel Vanille m'attend. Les 5 bungalows sont de style traditionnel, en bois avec le toit en en feuilles de palmiers, repartis dans un jardin fleuri autour de la piscine. Petite parenthèse à ce sujet : l'eau est à 36 degrés! Pas contre, pas de TV ni de frigo. Je profite du prêt de vélos pour finir la matinée sur la plage du Sofitel à 8 ou dix Kms de là, intéressante pour son jardin de corail. Plus vaste que celui de Tahaa, il est moins beau, les coraux dégradés sont nombreux. La route, ressemblant à une petite départementale, est plate, c'est heureux avec un vélo monovitesse, et les voitures fort peu nombreuses.



Les pièges à poissons de la lagune datent de plusieurs siècles, mais ils restent utilisés.



Matinée glandouille; lecture à l'ombre de "2001 l'0dyssée de l'espace" et piscine. l'Après-midi est donc consacré à la visite de la lagune en quad 49.9 cc. Cet engin passe partout: sur la plage et les chemins creux. On mange la poussière et on fait des arrêts (agri)-culturels et botaniques.



Les 6000 habitants vivent en grande partie de cueillette et de la pêche, ici des coques ramassées dans la lagune au nord de l'île.



Une journée chargée et sportive ;) 10 km à vélo pour aller au Eden Parc (www.edenparc.org) , un jardin naturel botanique et fruitier dont le proprio est un post soixante huitard attardé écolo et bio. En attendant, la visite du parc est instructive, les 100 espèces végétales sont présentées en détail dans un livret remis à l'entrée. L'accès au panorama sur les 3 baies de Huahiné s'avère ardu, rappelant l'excursion de sinistre mémoire au piton des Neiges, (pour ceux qui connaissent...), heureusement en plus court (850m) mais sous la pluie pour le retour. En représailles, dégustation de jus de fruits frais (cocktail carambole + lait de coco + miel) et pendant que j'y suis, repas complet, avec une intéressante salade uniquement composée de fruits et légumes tropicaux produits sur place, comme le reste d'ailleurs, la philosophie du parc étant la recherche de l'autosuffisance.



Retour à vélo en enchaînant vers Maeva (proche du Sofitel, voir jour de l'arrivée), et ses maraes, vers une petite boutique d'artisanat qui permet de faire soi-même un paréo. Bon, la personne normalement en charge est à la pêche, l'activité étant morne depuis le 11 septembre, et la soeur sans doute moins performante sur le sujet. Le résultat n'est pas génial et ma capacité créative (hum!) ne fut guère sollicitée. Pas grave, j'ai mon paréo unique "à pas cher".



ïle haute, Huahiné manque de terres cultivables. La culture des pastèques et autres melons se fait sur la zone cotière, des trous creusés dans le sable sont remplis de terre, plantés et arrosés.



J'ai loué un scooter (on ne se refait pas) pour faire le tour de l'île et de la presqu'île, car ne ne me sens pas d'aligner 100kms et des pentes à 20% avec ce vélo et ce soleil (qui a dit que je me cherche des excuses ?). Première halte aux Maraes de Maeva, il convient de s'enfoncer un peu dans la forêt tropicale; ambiance Indiana Jones garantie. ;-)



Je fais un 1 nouvel arrêt à la seule ferme perlière de Huahiné, celle de Owen. Cette fois, la visite est très intéressante puisque une partie du processus est exécuté devant moi. La bijouterie attenante est celle du producteur, les perles sont belles et les prix semblent raisonnables. l'endroit est aussi réputé pour les poteries exclusives dont la couleur bleue provient des oxydes des terres limoneuses du fond de ce bras de mer (www.huahinepearlfarm.com ).



Fin du séjour dans les Iles de la Société.